Home / Actu / Niuzy Cinema – L’interview du réalisateur Darko Stante pour son film Conséquences

Niuzy Cinema – L’interview du réalisateur Darko Stante pour son film Conséquences

 

Dans son nouveau film “Consequences” le jeune réalisateur Slovène Darke Stante explore le système des centres de correction pour jeunes en Slovénie par le biais de deux ados en difficulté.
Le résultat fait froid dans le dos, mais souligne les dysfonctionnements d’une société qui, sans se questionner enferme ces jeunes dans des cases avant même de les soigner.

Les acteurs Matej Zemljic et Timon Sturbeja, tous deux âgés d’une vingtaine d’années, incarnent avec force et caractère leurs personnages dans la jungle urbaine et vacillante du centre de correction où ils se rencontrent. 

 

Vous avez travaillé dans le social, pourquoi pensez-vous que dans le système d’aide aux jeunes, la détresse est partiellement réprimée ?

Travailler comme tuteur dans un centre de détention pour jeunes m’a donné l’occasion de voir tous les dysfonctionnements du système social en Slovénie. À mon avis, ces institutions sont des sortes de vestiges du passé. Fondamentalement, ces centres ont été créés à la fin des années 60. Il est donc grandement temps de changer.

Ce type d’institution fonctionne à certains niveaux comme les prisons. On y traite les jeunes avec des problèmes différents de la même manière. 

Les règles sont très strictes et l’horaire quotidien est un peu tendu. 

Malgré tout, contrairement à une prison, le personnel essaye réellement d’aider ces ados en difficulté. Ce qui est triste, c’est que les travailleurs sociaux n’ont pas les bonnes méthodes. Ils sont impuissants et n’ont pas les connaissances suffisantes pour aider. À la fin de la journée, comme partout, ce ne sont que les chiffres qui comptent. 

En Slovénie, le système change très lentement. Il faut des années, voire des décennies, pour faire évoluer les comportements.  Les juges qui décident d’envoyer des jeunes dans ces institutions ne savent rien des conditions dans lesquelles ils vivent. La plupart n’ont jamais visité de centre de correction pour jeunes. 

Alors, comment savent-ils que cela les aidera ? C’est une sorte de situation « schizophrénique ».

 

 

Dans votre film “Consequences” , les sujets de l’homosexualité et des droits de l’homme sont abordés de manière commune, pourquoi avoir choisi cette approche? 

Une société qui accepte l’homosexualité sera plus en avance sur le sujet de l’égalité des sexes. Nous ne devrions pas séparer l’égalité et le droit des personnes LGBTQ, car c’est en fait, le revers de la médaille. 

Je pense sincèrement qu’une société qui ne divise pas les gens sur la base de leur sexualité ou de leur genre sera plus tolérante sur les droits de l’homme. 

C’est quand même fou de parler des droits de l’homme et des homosexuels en 2019 ! 

Vous connaissez le vieil adage « diviser pour mieux régner ». Différencier les droits humains en fonction du genre convient parfaitement aux personnes mal-intentionnées. 

Si les femmes et la communauté LGBTQ ne s’unissent pas pour défendre leurs droits, il est plus facile pour les dirigeants de gouverner sans opérer de changement. Mais ce ne sont pas que les politiciens, la société toute entière est concernée. 

Sur certains sujets, nous sommes encore au moyen-âge.

L’inégalité est encore considérée comme un fait naturel. Et malheureusement, ce genre de pensée se transmet de génération en génération.

 

Comment les acteurs Matej Zemljic et Timon Sturbeja ont vécu les scènes de violence et celles de tendresse ? 

Ils n’ont jamais eu de difficultés particulières à jouer des scènes d’intensités différentes. Mais, ont eu, tout de même plus de difficultés avec les scènes de violence qu’avec les scènes plus intimes. Ils n’étaient pas vraiment habitués à dire des jurons. S’imprégner d’un vocabulaire plus vulgaire leur a demandé un peu de temps! 

Au début, le jeu d’acteur pour Matej et Timon était trop rigide et pas vraiment convaincant. Ils ont tous deux grandi dans des familles plutôt artistes, très loin d’avoir partagé les expériences des personnages qu’ils incarnent à l’écran. 

Nous avons beaucoup travaillé ensemble sur la représentation de leurs personnages. Nous avons répété pendant près de 6 mois pour qu’ils se préparent. J’avais demandé à un coach en art martial de les entraîner afin qu’ils puissent acquérir les bons gestes pour les scènes de bagarre. 

Avant le tournage, les acteurs étaient déjà prêts à 100%! 

À la fin des six mois, ils étaient tellement crédibles et tellement en phase avec leurs personnages que ce sont leurs parents qui ont eu peur que le changement ne soit irréversible ! 

 

Après avoir réalisé “Conséquences” Est ce que vous voyez des solutions pour ces jeunes en difficultés ? 

Je pense que le problème principal réside dans le fait que le système dans lequel nous vivons ne change pas aussi vite que la société ou les besoins grandissant de ces jeunes gens. 

En premier lieu, ils ne devraient pas être parqués dans ces grands centres de détention. 

Ce genre d’institution n’a plus sa place au 21e siècle.

Un centre de suivi pour accompagner ces jeunes serait peut-être une solution. 

À mon avis, nous devrions être en mesure d’aider ces ados qui traversent une période difficile avant qu’ils atterrissent dans ces institutions. 

Il faut aussi les voir comme des individus avec des besoins différents et s’occuper d’eux de façon plus personnelle. 

Parfois, dans une chambre, il y a un mec qui a été accusé de viol à côté d’un jeune qui a subi des violences sexuelles et qui a développé une addiction aux drogues. Soigner ces jeunes ensemble n’a aucun sens. 

Je pense aussi que les personnes qui décident du sort de ces enfants devraient savoir où ils les envoient. 

Il devrait également y avoir plus de travail thérapeutique avec un psychologue. 

Il y a encore des idées reçue sur le fait que les problèmes peuvent être soigné en travail de groupe. Peut-être dans certains cas, cela marche, mais cela ne devrait pas être une règle. 

Et enfin, je pense qu’il doit y avoir beaucoup plus de coopération entre les différentes institutions.

 

 

 

Comment pensez-vous que la société va évoluer dans l’avenir ?

La question à un million d’euros !

Je ne sais pas. J’essaye de rester optimiste, mais parfois, il faut bien avouer que c’est difficile. 

Si nous n’évoluons pas en tant que société, nous allons probablement disparaître à un moment donné. 

C’est effrayant de voir comment la technologie a transformé nos vies au cours du siècle dernier. En tant qu’êtres humains, sommes toujours à certains égards dans la grotte. 

L’intolérance, l’exclusion, la violence envers des personnes différentes n’ont pas vraiment changé. 

Je pense aussi que nous devons établir une société économiquement plus égale. Nous avons les ressources nécessaires, alors la seule chose dont nous avons besoin est de la volonté. 

Concernant l’environnement et les droits de l’homme, aussi, il reste un long chemin à faire. 

 

Voulez-vous partager une anecdote du film ?

Ce qui m’a beaucoup amusé sur le tournage, c’était de voir Matej, l’acteur principal réagir avec les rongeurs, car il en avait très peur. 

Il y avait un rat dans le film, qu’on a dû remplacer par un tout petit mignon hamster en répétition. Le jour du tournage, je voulais absolument garder le rat pour la symbolique que cet animal représente. 

Alors quand j’ai expliquer à Matej comment la scène allait se passer, il a soudainement paniqué. Il était certain qu’il ne pourrait jamais en faire autant avec un rat, il était vraiment dégoûté par l’idée de le toucher. 

J’ai donc organisé la visite d’un psychologue qui travaillait avec des personnes ayant ce genre de peurs. Et nous voici ! Il n’a plus peur des rats.

Mais lors de la visite de ce psychologue, le rat m’a mordu et j’ai été vraiment malade … Mais c’est une autre histoire.

 

Film Conséquences, de Darko Stante

Sortie en France le 26 Juin 2019.

Voir la fiche film 

N.B © Spread Pictures

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*