Home / Actu / “Parasite” La tragi-comédie de la lutte des classes

“Parasite” La tragi-comédie de la lutte des classes

 

Dans la lignée “D’une affaire de famille” qui avait gagné la Palme d’Or l’an dernier.

Le nouveau film du réalisateur Coréen Bong Joon-HoParasite” narre dans une tragi-comédie la lutte des classes des familles moyennes sur les hauteurs de Séoul.

Ce film surprenant, plein d’humour, prend une tournure inattendue qui se déroule sous les yeux des spectateurs comme une métamorphose Kafkaïenne d’une famille qui tente, si bien que mal de survivre dans un monde qui leur échappe.

Synopsis.

Pauvre mais unis, une famille Coréenne composée des parents et de deux enfants vivent dans un appartement en entre-sol sujet à l’humidité.

Par l’intermédiaire d’un ami, le fils de la famille trouve un emploi en tant que tuteur d’anglais pour le compte d’une famille riche.

En comptant sur son côté débrouillard, et il faut le dire un peu arnaqueur, le fils réussit à faire embaucher le reste de sa famille qui va remplacer les anciens serviteurs de la maison.

Un coup de poker organisé, malin et agréable à regarder qui malgré toute la bonne volonté de la famille va tourner au cauchemar.

Dans cette famille riche et naïve, tout tourne autour d’eux, sans le savoir iIs invitent une lutte des classes au sein de leur foyer.

Presque parfaite avec deux enfants studieux, dont le petit dernier a développé une passion pour la peinture et qui a, d’après sa mère “un style Basquiat’ a seulement 9 ans”

Dans leur magnifique demeure, les pauvres qui y travaillent regardent le ciel et se rêvent d’échanger leur place avec celle de la famille qu’ils servent.

Une lutte des classes qui finit mal. Des familles défavorisées qu’on regarde sombrer avec tendresse. C’est le portrait dur et touchant qu’offre le réalisateur en utilisant les effets esthétiques qui font le succès des films Coréens.

Après son film “Mother” qu’il avait présenté sur la croisette en 2011, Bong Joon-Ho revient pour parler de la famille, son sujet de prédilection en y ajoutant une touche sociale et beaucoup d’humour.

Comme le dit le père de la famille en sursis “Il ne reste que l’amour pour nous consoler”

En français, le titre de Parasite est “L’intru” Quel est l’intru ? Celui que l’on ne détecte pas et qui se mêle dans la foule en détestant les gens.

Les riches restent, les pauvres changent mais personnes ne voit la différence.

Parasite est un film plein d’humour. Une comédie humaine tragi comique qui résonne à séoul, Paris ou Chicago, le message de Bong Joon-Ho malheureusement sans différence.

Le plus tragique dans ce film c’est qu’il n’y a même pas de méchants en dépit des meurtres qui sont commis à l’intérieur de la maison.

Comme l’a dit le réalisateur, Personne ne sort indemne de cette lutte des classes et c’est surement le meilleur argument pour changer un système qui oppresse et fait saigner tout le monde.

Le film rappelle la dureté qui peut frapper la famille de “La mise à mort du cerf sacré” et l’esthétique des films de Takashi Miike.

Le film mérite – t- il une Palme d’or ? Certainement, mais avec Hirokazu Kore-Eda qui l’a remporté l’an dernier avec son très beau “Une Affaire de famille” pas sur que le jury prenne cette année la décision de récompenser de nouveau un film qui aborde le même sujet.

N.B © Spread Pictures

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*