Home / Actu / Niuzy Fashion – Où sont passés les blogueuses de mode éco-responsable ?

Niuzy Fashion – Où sont passés les blogueuses de mode éco-responsable ?

 

Berlin Fashion Week 2019

La fashion week vient de fermer ses portes à Paris et Berlin. Pendant cinq jours, les capitales Européennes ont vibré pour la mode. Professionnels et amateurs ont pu étudier les nouvelles tendances et découvrir les créateurs qui vont influencer sur la planète mode en 2019.

 

Paris Fashion Week 2019 – Palais de Tokyo

 

January 15th, 2019 – Paris     © Spread Pictures
CMMN SWDN show Paris Fashion  Week 2019

 

Parmi les nouvelles vogues, les vêtements écologiques ou éco-responsables sont de plus en plus présents.

Aujourd’hui encore, si environ 75 millions de pièces “fast-fashion” fabriqués notamment en Chine, au Bangladesh ou en Turquie dans des conditions loin d’être idéales, sont consommés dans les grands pays d’Europe, le mouvement “green” ne cesse de prendre de l’importance depuis quelques années.

En 2016, un sondage réalisé par le magazine allemand Textilwirtschaft conclut que 73 % des personnes interrogées considèrent que le facteur environnemental est important lors du choix des vêtements. Plus de la moitié se disent prêts à payer un peu plus cher pour soutenir une fabrication plus respectueuse pour la planète.

 

January 15th, 2019 – Paris     © Spread Pictures
CMMN SWDN show Paris Fashion  Week 2019

Si Paris reste encore très ancré dans une mode plus traditionnelle et commence a peine à prendre en compte le facteur environnemental dans le processus de production de fabrication des vêtements. À Berlin, en revanche, les créateurs avant-gardistes écologiques ont pris le pouvoir!

La mode de demain sera t-elle plus éco-responsable? Quoi de mieux pour savoir ce qu’il en est vraiment que d’aller demander à celles qui sont au cœur de ce changement de mentalité et qui génèrent, par leur partage de connaissances et leurs followers les nouvelles tendances d’une mode plus écologique ?

Nous avons assisté, à la fashion week de Berlin, à une conférence des blogueuses eco-fashion les plus suivies du moment pour en savoir un peu plus.

 

Les blogueuses de mode écologique : sur la voie pour convaincre les consommateurs ?

La blogosphère ainsi que la plateforme Instagram regorgent d’influenceurs “mode”.

59 millions de blogueurs de mode “traditionnelle” contre 42,2 milles pour les blogueurs de mode éco-responsable. Une grande disparité qui s’explique par la nouveauté de la corrélation entre la mode et la pollution. En effet, alors que les modes de production des vêtements sont de plus en plus remis en cause, les influenceurs eco-fashion sont plus nombreux à écrire sur cette nouvelle tendance. Malgré tout, ils restent encore minoritaires par rapport aux blogueurs plus traditionnels.

Le point commun de ces blogueuses de mode écologique ? Un désir de consommer autrement.

Pour tous les influenceurs présents, c’est un changement de vie qui a entraîné une réflexion sur la manière d’acheter les vêtements, cosmétique ou accessoires.

Une des blogueuses s’est d’abord essayée au style minimaliste avant de se concentrer sur la mode responsable.

Pour les autres, une démarche personnelle pour réduire les déchets à la maison a ouvert la voie à un mode de consommation différent.

Les blogueuses sont unanimes : “C’est une histoire de rétrospective. Il ne s’agit pas de donner des leçons sans avoir réfléchi sur sa propre manière de consommer.”

Les blogueuses que nous avons rencontré agissent comme de vraie consultante de mode avec leur followers. En effet pas facile de s’y retrouver parmi toutes ces nouvelles informations.

Les influenceuses mettent en garde le public contre des courants qui se veulent écologiques sans l’être réellement. Comme cette nouvelle mode qui veut que l’on se débarrasse de tous nos vieux vêtements pour n’acheter que des habits éco-responsable. “Halte” crient en coeur nos blogueuses spécialistes ! Ne jetez pas vos vieux vêtements, même s’ils ne sont pas “sustainables”. La meilleure des options est encore de les garder le plus longtemps possible et de passer aux marques éco-responsable une fois que vous irez remplir votre garde-robe.

Les blogueuses sont d’accord sur un point “Elle donnent des options pour acheter autrement, le but n’étant pas de consommer plus.”

La mode, un sujet supericiel ?

Les blogueuses éco-responsables vont vous faire changer d’avis sur la question. En effet, leur but est de révéler au grand public le fonctionnement de l’industrie de la mode afin d’aider les acheteurs à faire les meilleurs choix possibles, pour leurs santés et pour la planète.

Les influenceuses déplorent le fait que beaucoup de marques veulent se donner une image écologique, mais si l’on y regarde de plus près, les commerciaux peine à donner des explications.

C’est là qu’intervient pleinement le rôle de ces blogueuses : trouver des informations sur ce sujet, comprendre et partager leurs connaissances avec leurs audiences.

Elles donnent leurs bons tuyaux pour réparer Les vêtements au lieu de s’en débarrasser immédiatement, ou donner ses pulls qui traînent au fond du placard pour qu’ils soient réutilisés..Bref, tout un tas de conseils pour vous habiller en conservant des valeurs de respect.

Les blogueuses déplorent également la forte pression sur les épaules des consommateurs.

“En effet, c’est tout un système qui doit changer.” Si les consommateurs ont bien sur le pouvoir de ne pas acheter un produit, les gouvernements et organisations devraient aussi encourager une croissance à long terme et responsable.

“Les gens commencent vraiment à penser en terme d’écologie dans le domaine de la mode.”

Même si au final, ils vont acheter des vêtements pour la matière ou le design. Pas parce que la marque a une histoire à raconter.

Pas d’angélisme dans la consommation, c’est à présent aux designers éco-responsables de convaincre les fashion victimes en créant des collections tendances.

“Quel est l’impact d’une photo de mode sustainable quand les gens meurent dans les usines au Bangladesh ?”

Même si les blogueuses eco-fashion restent moins nombreuses que les influenceurs de mode traditionnel, leurs nombres ne cessent de croître. “De plus en plus de designers, ne partagent pas les valeurs de grandes marques concernant les conditions de travail ou la consommation de produits nocifs pour l’environnement.”

Beaucoup de créateurs qui se sont tournés vers la mode écologique collaboraient au départ pour des marques de “fast-fashion”. “Ils se sont rendu compte qu’ils pouvaient faire le même travail en faisant des choix meilleurs pour l’environnement.”

Les blogueuses espèrent que les mentalités vont changer et que bientôt, la mode éco-responsable dépassera la fast-fashion.

“Nous sommes arrivé a la limite de la “mode rapide” qui a enfermé la consommation dans un cercle vicieux : nous consommons très peu cher, ce qui augmente les esclaves du travail dans des pays en voie de développement.  Nous exploitons les ressources naturelles pour faire des vêtements qui vont être très peu portés.. La fast fashion est trop consommé.”

Et les entreprises dans tout ça ? 

Les grands responsables, c’est bien sur les entreprises et leurs politiques de croissances exacerbés qui ternissent une approche plus globale de protection de l’environnement et d’économie.

“Il y a aussi un problème financier sur la protection de certaines entreprises qui font partie des plus polluantes. Ce n’est plus un mystère, que certaines grandes entreprises ne paient pas de taxes et bénéficient d’un système avantageux qui les maintient dans une sorte de bulle.”

Soient elles installent leur maison mère dans des pays comme l’Irlande ou le Luxembourg afin d’échapper aux impôts ou elle ne se conforment carrément pas aux lois en vigueur dans le pays.

Le pouvoir du porte-monnaie

L’argent. Maître-mot de la consommation. C’est lui aussi qui dirige en grande partie nos achats et qui nous incite à consommer toujours plus de “fash fashion”. Pourtant, à y regarder de plus près, acheter peu cher n’est pas toujours synonyme d’économie.

En effet, une étude de planetoscope révèle que 30 % de nos vêtements finissent au fond de nos placards sans être utilisés.

Les vêtements de mauvaise qualité se gardent aussi moins longtemps. En effet, la matière textile change après quelques lavages devenant moins résistante et moins belle. Résultat : nous gardons un jean acheté 30 euros quelques mois alors que le même article acheté 60 euros durera plusieurs années.

Les influenceurs mode, mais pas que…

Les influenceurs eco-fashion ont du pouvoir ! Et pas seulement celui de vous faire découvrir les artistes et designers les plus trendy de l’année. Fortes de leurs convictions et de leur followers, nos blogueuses mode à la Green Fashion Week de Berlin n’hésitent pas à partager avec leurs publics des pétitions en faveur de l’environnement. “Sur le principe, si on demande au gens : Seriez vous d’accord vous que des adolescents souffrent, accepteriez vous que des millier de tonnes de produits soient gaspillés tous les ans, que des rivières sont polluées, ils diraient non bien sûr. Mais cela ne va pas forcément changer leurs habitudes et ils vont retourner acheter chez “H&M.”

Alors les fashion blogueuses de Berlin seraient elles politiques ? Oui ! Sans hésiter : “à partir du moment où tu mets ta passion au service des consommateur et pour l’environnement, c’est forcément un peu politique.” Les blogueuses pensent d’ailleurs qu’elles doivent être plus influentes sur les gouvernements pour faire bouger les choses. “Les politiques ont souvent tendance à ne pas être assez actifs quand il s’agit d’écologie.”

Pour l’instant, cela reste assez dur pour un blogueur qui n’est pas affilié à une organisation comme greenpeace ou wwf d’avoir une réelle influence politique. Malgré tout, en tant que blogueuses nous nous sentons plus concernées que les eurocrates qui, coincés entre les murs des institutions rédigent des texte sur l’environnement sans appeler à aucune action.”

La mode telle que nous la connaissons change, les grandes marques se montrent toujours plus responsables en regardant de plus près les conditions des travailleurs ou leurs empreintes sur l’environnement. Mais il reste encore un long chemin à faire.

Conference “Sustainable influencer : practices, potentials, paradoxes.  organise par Vespi. Moderation par Eilean Von Lautz-Cauzanet.

https://fhcm.paris/fr/paris-fashion-week-fr/

https://fashion-week-berlin.com

 

 

Eilean et Leslie, fondatrices du site Vespi

N.B © Spread Pictures

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*