Home / Actu / Niuzy Mag – Changement climatique : La France marche pour le climat !

Niuzy Mag – Changement climatique : La France marche pour le climat !

© Jean-Charles Fritz

 

Le 8 septembre en France a eu lieu la marche pour le climat.

Initiation citoyenne d’un journaliste parisien de 27 ans Maxime Lelong, suite à la démission de Nicolas Hulot, alors Ministre de l’Écologie. 

Maxime Lelong a réussi le pari à faire descendre dans les rues de la capitale et d’autres villes de Province des centaines d’hommes, de femmes et de familles qui ont pu exprimer leurs inquiétudes face au changement climatique.

Concernés par l’inaction de certains politiques ou simplement en quête d’une autre manière de vivre. Ces Français qui ont marché pour le climat ont voulu envoyer un message de soutien à l’ancien Ministre de l’Écologie qui a quitté ses fonctions le 28 août dernier, en direct sur France Inter, créant la surprise auprès de la journaliste Léa Salamé.

Il a été depuis remplacé par François de Rugy.

Même s’il est encore tôt pour mesurer les conséquences de la démission de Monsieur Hulot, cette annonce a fait réagir une partie de la population qui veut agir avant qu’il ne soit trop tard.

L’événement a réuni 50 000 citoyens à Paris selon les organisateurs (18 500 selon la police). Nous sommes allés a la rencontre de ces marcheurs pour le climat. 

 

© Jean-Charles Fritz

 

Philippe Assens, 45 ans, vit à Nohèdes (Pyrénées Orientales).

  • Êtes vous affilié à un parti politique, si oui lequel ?

Je ne suis pas affilié à un parti, mais je suis toutefois actif au sein du mouvement politique “La France Insoumise”.

 

  • Pourquoi avez-vous participé à cette marche?

La marche est une initiative citoyenne spontanée des peuples pour exprimer leur ras-le-bol et leur inquiétude face à l’inaction des gouvernements sur la question climatique.

 

  • Selon vous, Nicolas Hulot a-t-il bien fait de démissionner ?

Oui, il ne servait à rien.

 

  • Que pensez-vous de son remplaçant ?

Il ne servira à rien pour le climat.

 

  • Quelle est votre plus grande inquiétude concernant le changement climatique ?

La progression de la faim dans le monde en raison de l’accélération de phénomènes climatiques extrêmes (sécheresse, inondations, …) sur l’ensemble de la planète.

 

  • Qu’attendez-vous du gouvernement français en matière d’écologie et de développement durable ?

J’attends du gouvernement qu’il prenne le leadership mondial des peuples pour le climat, contre la finance destructrice et les politiques désastreuses de Donald Trump et l’inaction de l’Union Européenne.

 

  • Que retenez-vous de la marche pour le climat ?

Un grand succès, spontané, sans moyen d’action : les partis traditionnels et les médias ont été surpris et dépassés par l’ampleur de la mobilisation qui va se renforcer à chaque fois davantage.

 

  • Quelles seraient, selon vous les premières mesures à prendre pour lutter contre le changement climatique ?

Plus un seul euro d’argent public pour les multinationales climaticides.

Arrêt des projets gaziers et pétroliers d’extraction des énergies fossiles.

Multiplier par 100 le prix d’émission du carbone.

Obligation de l’agriculture biologique et des circuits courts de distribution alimentaire.

 

 

————————–


© Jean-Charles Fritz

 

Jean-Charles, comédien, vit à Paris.

  • Que vous inspire la politique écologique du gouvernement ?

Je pense que la politique écologique du gouvernement n’est en fait qu’une image, ils font semblant de s’y intéresser, mais n’agissent pas en mesure de l’urgence. Ils continuent de favoriser les gros industriels, n’appliquent aucune taxe, ne développent aucun secteur d’activité lié à l’écologie.

 

  • Que vous a inspiré la démission de Nicolas Hulot?

Elle m’a inspiré l’urgence et le désespoir. Je pense qu’il ne s’est pas rendu compte qu’il n’allait servir que d’image pour le gouvernement Macron, qu’il a été manipulé. Il est arrivé avec plein de bonnes intentions et en connaissance de cause. Mais il a malheureusement été confronté à l’hypocrisie du gouvernement. Je l’ai trouvé sincère et blessé lors de sa déclaration.

 

  • Avez-vous auparavant participé à des actions en faveur du climat ?
  • Si oui : vous considérez vous comme un activiste ?

Je n’avais jamais participé à des actions en faveur du climat, en dehors d’une discussion avec une élue de mon arrondissement et des actions que je mène au quotidien pour tenter de préserver la planète. Je suis prêt à recommencer mensuellement, comme c’est actuellement en proposition.

Je ne me considère pas comme un activiste, car un activiste, pour moi, fait des actions “coup de poing”, médiatisées, qui permettent de mettre en lumière des urgences et des scandales. Je suis simplement un citoyen et un futur papa qui souhaite voir ses enfants profiter de la nature et des merveilles de ce monde.

 

  • Qu’est-ce qui vous a le plus marqué pendant la marche ?

Ce qui m’a plu durant la marche, c’est le côté pacifique, tranquille et sain. J’étais ravi de voir beaucoup d’enfants, que des parents éduquent leurs enfants dans ce sens.

 

 

————————–


© Jean-Charles Fritz

Luis, étudiant journaliste, Paris 

J’étais à la marche pour le climat vers 14h sur le parvis de l’hôtel de ville.

On peut dire que les choses ont rapidement changé.

Il y a d’abord eu des ONG, de représentants d’organisations, des chaînes de télévision et peut-être aussi des touristes qui étaient au courant de ce qui allait se passer.

À 15 h, il y avait quelques milliers de personnes, je dirais.

Il y a eu des actions, des spectacles, ainsi que des discours de l’ONG ATTAC.

Les gens écoutaient assis au milieu du parvis de l’hôtel de ville.

À la fin des discours, ils se sont levés et ont applaudi.

Certains chantaient des slogans comme “ le climat est chaud, mais on est plus chaud.”

Ils étaient très créatifs. Certains étaient en costume, des jeunes avaient dessiné des pancartes sur place.

La plupart des marcheurs pour le climat étaient jeunes, des lycéens surtout.

Les familles sont aussi venues en nombre avec des enfants.

L’atmosphère était joyeuse.  Des parents, des fleurs dans les cheveux, peignaient des pancartes avec leurs enfants.

Un homme avait fabriqué un costume avec des bouteilles en plastique autour de lui, comme une robe pour protester contre ce type de pollution.

Nous sommes partis de l’hôtel de ville vers 15 h 30, direction place de la République.

Tout le boulevard était noir de monde, je dirais qu’il y avait environ 50 000 personnes.

Le beau temps y était sûrement pour quelque chose, mais l’ambiance était assez magique : joyeuse et détendue.

Une vraie manif en faveur de la protection du climat et pas contre quelque chose, même si quelques pancartes faisaient allusion à Macron et à la démission du ministre de l’Écologie d’une manière drôle ou sarcastique.

 

 

————————–

© Jean-Charles Fritz

 

Valérie, 55 ans, Avignon

Nous avons pu joindre Valérie par téléphone, elle n’a pas pu se rendre à la marche pour le climat, car elle vit trop loin de la ville.

 

  • Que pensez-vous de l’initiative de cette marche pour le climat ?

Je trouve l’initiative très bonne, mais les manifs sont trop citadines. Il faut pouvoir se rendre dans la grande ville la plus proche quand on vit à la campagne et, à Avignon par exemple, ce n’est pas facile de se garer, alors c’est un peu une expédition de participer à la manifestation.

J’aimerais plutôt organiser une manifestation où les habitants se retrouvent devant la mairie de leur propre ville ou de leur village pour protester toutes les semaines.

 

  • Pensez-vous que cela aurait le même impact ?

Oui, si on compte la régularité des actions et le nombre de personnes, c’est quelque chose de beaucoup plus ancré dans la population.

 

  • Qu’est-ce que vous avez pensé de la démission de Nicolas hulot ?

Je pense qu’il avait raison et qu’il n’avait plus le choix.

Il était instrumentalisé par Macron et Edouard Philippe.

 

  • Avez-vous de l’espoir quant aux actions de son remplaçant, Monsieur De Rugy?

Après avoir été nommé ministre de l’Écologie, François de Rugy a visité une bergerie dans la commune d’Etsaut dans les Pyrénées Atlantiques. Il est monté dans un élevage en hélicoptère. Cela montre bien son état d’esprit, c’est un bureaucrate.

Puis, c’est comme avec le glyphosate, les actions du gouvernement sont décevantes. Les Français attendent plus.

Les politiques culpabilisent les citoyens pour des petites actions sans prendre le vrai problème à bras-le-corps.

Pour le plan vélo par exemple, le gouvernement va donner des primes à ceux qui utilisent ce moyen de transport, mais sans créer de pistes cyclables ou d’infrastructures.

Heureusement, des députés agissent, comme François Michel Lambert qui a proposé la loi sur la fin de l’utilisation des couverts en plastique.

 

  • Quels sont vos gestes quotidiens en faveur de l’environnement ?

Je trie les déchets, je mange bio et local, je me déplace au maximum en vélo.

Je pense qu’une initiative citoyenne est nécessaire.

Je trouve que les médias n’ont pas assez parlé de la marche pour le climat.

Préserver la planète est pourtant une priorité car le changement climatique va entraîner encore plus de conflits dans le monde pour l’accès à l’eau, l’agriculture, et encore plus de famine.

N.B © Spread Pictures

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*